Catégories

Nous Suivre


facebook Twitter google+

~~~~
Nos coordonnées
~~~~

Elodie Jacquet
Team Elodie Etains
52 rue de la gare,
59181 Steenwerck
France
Tel: +33-328404213

1 rue Poumirau,
64190 Sus
France
Tel: +33-328412879

Blog: http://blog.team-elodie-etains.com/


Besoin d'un renseignement? telephonez au 03.28.40.42.13 de 9h a 19h

Canon en batterie avec les Artilleurs¤

 

Référence:  canonbatartilsedp

le canon et les 8 Artilleurs

Taille: cm

Alliage : 95 % Etain.

Etain massif coulé.


Finition de l'etain  Satiné.

 

Plus de détails


583,50 € TTC

Canonbatartils.edp

Disponibilité : Disponible suivant Fabrication

Ajouter à ma liste

 
   

9 autres produits dans la même catégorie :

 

Gravure Offerte

Compléter le champ "Si vous voulez nous laisser un message à propos de votre commande, merci de l'écrire ici." qui sera sur le bon de  commande avec le texte de votre choix qui sera gravé sur une plaque adhésive accompagnant votre produit pour le personnaliser

Canon avec 8 artilleurs Canon avec 8 artilleurs à pied de la Garde Impériale L’infanterie a toujours été considérée come la reine des batailles, mais dans les guerres du XIXe siècle, l’artillerie prit progressivement une importance considérable. Napoléon, ancien sous-lieutenant d’artillerie, va lui donner, sous l’Empire, un rôle prépondérant. Il sera sans doute, le premier à utiliser massivement les canons regroupés en un point stratégique donné, sous un même commandement, préfigurant ce qu’on appelle aujourd’hui « le préparation d’artillerie ». Cette méthode consiste à briser les défenses ennemies sous un déluge de projectiles, avant de faire avancer l’infanterie. Curieusement, bien qu’ayant appartenu à cette arme savante, l’Empereur ne fit pratiquement pas modifier le matériel en usage sous l’ancien régime. En effet, il conserva les pièces de 4, 6, 8 et 12 conçues par le Général de Gribeauval en 1776, sans changements appréciables. Ce matériel était incontestablement le meilleur de l’époque, puisqu’il fut copié par toutes les armées européennes après 1815. Les Etains du Prince, soucieux de compléter leur collection par une pièce d’artillerie représentative des guerres de l’Empire, ont choisi de vous présenter le fameux canon de 8 de Gribeauval. En se servant de documents historiques précis, ils ont reconstitué fidèlement non seulement la pièce elle-même, mais aussi ses accessoires et son personnel. Tout en respectant une échelle attractive, ils ont pu ainsi reproduire une petite unité d’artillerie au feu, dont la vérité historique et la finesse de l’exécution peuvent donner à travers les années, l’impression précise de ce qui se passait effectivement sur le terrain. Déjà, la banalisation des matériels était réalisée : les roues et les essieux étaient les mêmes pour tous les calibres, l’écartement des tourillons était identique pour les canons et les obusiers et les affûts étaient interchangeables ; ainsi, en plein combat, on pouvait réaliser une permutation de n’importe quelle pièce avariée ou détruite, de façon à ne pas stopper le feu que pendant un minimum de temps. Le numéro de la pièce n’indiquait pas comme aujourd’hui le calibre, mais le poids du projectile. Ainsi, notre canon tirait des boulets de huit livres portant de 250 à 2000 mètres suivant l’angle de tir, cependant que la portée efficace se situait, selon les pièces, entre 600 et 900 mètres. Les boulets étaient pleins, en fonte de fer, mais on tirait aussi des boîtes à mitraille ou « biscaïens », sortes de cylindres métalliques, remplis de balles de plomb, qui éclataient à l’impact. Le rythme de tir était de 1 à 2 coups par minute. La visée se faisait à « vue de nez » au moyen de la vis de pointage fixée sous l’affût, la pièce était manœuvrée latéralement par un système de leviers. Le boulet, ensaboté dans une gargousse de serge contenant la poudre était introduit par la gueule du canon, préalablement nettoyé au moyen d’un écouvillon. Un servant, enfonçait alors un dégorgeoir en fer dans la lumière de la culasse perçant ainsi la gargousse. On introduisait ensuite une étoupille inflammable dans la charge. Il suffisait d’y mettre le feu au moyen d’une lance à feu, allumée à une mèche d’amadou brûlant en permanence à côté de la pièce. L’ensemble de ces manœuvres vous est présenté sur notre réalisation ; de façon à rendre les choses plus compréhensibles, nous avons préféré montrer les servants dans les attitudes propres à leur fonction. Ainsi, vous pouvez voir deux servants manier le refouloir à l’avant du canon, pendant que le chef-pointeur assure la visée, et que deux autres servants manœuvrent l’affût avec leurs leviers de pointage ; un autre artilleur approche le boutefeu, tandis qu’un septième homme se charge du seau destiné au nettoyage du tube ; enfin un huitième soldat porte un boulet pour préparer la prochaine charge. En moyenne, une huitaine d’artilleurs était nécessaire pour servir la pièce, commandée par un sergent ; deux pièces formaient une section aux ordres d’un lieutenant ; un capitaine était à la tête de trois sections de deux pièces, constituant ainsi une compagnie d’artillerie ou « batterie ». Tous ces soldats possédaient un armement individuel afin d’assurer leur défense personnelle et celle de leur canon. L’artillerie impériale était un corps autonome qui se portait indifféremment en tout lieu où sa présence était nécessaire ; la valeur technique et le courage de ces hommes immortaliseront à jamais le célèbre uniforme bleu foncé aux distinctives écarlates, présent sur tous les champs de bataille de l’épopée Napoléonienne.

 

artilleur masculin

  1. Soldat employé au service de l’artillerie.Artillerie

    L'artillerie désigne les armes collectives ou lourdes servant à envoyer, à grande distance, sur l'ennemi ou sur ses positions et ses équipements, divers projectiles de gros calibre : obus, boulet,roquette, missile, pour appuyer ses propres troupes engagées dans une bataille ou un siège. Le terme serait apparu environ auxiiie siècle, dérivant du vieux français artillier qui désignait les artisans, fabricants d'armes et équipements de guerre. Ces artisans ont été pendant longtemps les seuls "spécialistes" dans le service de ces armes puisqu'ils les fabriquaient et les essayaient avant livraison. C'est pourquoi, jusqu'au xviiie siècle, ils étaient commissionnés par les souverains pour les servir à la guerre. Ainsi et par extension, le nom d'artillerie qui désignait l'ensemble des produits fabriqués par les artilleurs a fini par désigner aussi l'ensemble des troupes au sol chargées de mettre en action ces armes, dès lors que des formations militaires spécialisées ont été créées. L'emploi de l'artillerie nécessite le renseignement, la surveillance, l'acquisition d'objectif, le réglage du tir, la transmission des informations, un approvisionnement en munitions et l'entretien des armes. Du fait de sa complexité, elle resta longtemps l'arme scientifique par excellence, attirant nombre de savants. En raison de son intérêt stratégique, elle fut l'arme déterminante la plus prisée de Napoléon ier (qui était artilleur de métier), en particulier lors de la bataille d'Austerlitz.

    Canon exposé devant la cathédrale de Montréal, Québec

     

     

    Canon (artillerie)

    Un canon
    Canon géant turc, de bronze, dit « canon des Dardanelles », tel qu'utilisé pour le siège deConstantinople, en 1453
    Chargement d'un obus dans un canon allemand, 1914 (front ouest)

    Le mot canon dérive du latin canna (un tube). Il désigne une arme à feutubulaire de grande taille destinée à lancer sur une grande distance un projectile lourd : à l'origine, un boulet, c'est-à-dire une boule de pierre, de fer ou de fonte.

    Initialement, on utilisait le mot « bombarde » mais dès le xve siècle, cette appellation est réservée aux plus grosses pièces d'artillerie et on utilise le mot « canon » pour les autres. Canon peut être un substantif masculin (un canon de 75) ou un collectif (des pièces de canon, « placer du canon au niveau des parapets » (Viollet-le-Duc)).

    Plus tard, une distinction sera faite entre les différentes bouches à feu et on utilisera les appellations canon,obusier ou mortier selon les caractéristiques de l'arme.

    C'est avec l'invention de l'obus à douilleet sa production industrielle que l'artillerie se développera. Elle sera au début du xxe siècle à l'origine d'une modification tactique de la défense : la guerre de tranchée.

    Elle sera aussi à l'origine d'une largepollution des régions belligérantes, à cause des métaux toxiques contenus par les munitions, et à cause de l'utilisation de millions d'amorces aufulminate de mercure et de munitions chimiques lors de la Première guerre mondiale(voir toxicité des munitions).

     

    les canons dans la marine 

    En matière maritime, l'artillerie navale revêt une importance spéciale, entre les xvie etxixe siècles. Les navires à voile (puis à vapeur) avaient comme artillerie des canons de calibre plus ou moins important. Les canons sont organisés en batteries, sur un pont principal et éventuellement un pont de batterie. Les différents calibres des canons embarqués se mesurent suivant le poids du boulet envoyé : 6 livres, 9 livres, 12, 18, 24, et enfin 32 livres, plus gros calibre à être embarqué sur des navires à voiles. Plus tard, les canons seront harmonisés à un calibre de 9 livres pour toutes les pièces. Les canons sont retenus au navire pour compenser le recul par des sortes de cordes, appelées bragues, qui les maintiennent contre le bord du navire.

    Les pièces d'artilleries navale pré-industrielles utilisaient divers projectiles selon l'objectif visé lors d'un affrontement entre navires. Ils employaient, mis à part les boulets de fontes servant à détruire la coque des vaisseaux, des boulets liés par une chaine pour briser les mats et de la mitraille (plombs, clous, etc.) pour éliminer l'équipage adverse sans infliger trop de dommages au navire lui même.

     

    liste de canons célèbres 

    • le 75 ;
    • le canon de 88 mm ;
    • la Grosse Bertha ;
    • Dora, Schwerer Gustav ;
    • Pariser Kanonen ;
    • canon Gribeauval.

     

     

 

Aucun commentaire n'a été publié pour le moment.

Seuls les utilisateurs enregistrés peuvent poster des commentaires.