Catégories

Nous Suivre


facebook Twitter google+

~~~~
Nos coordonnées
~~~~

Elodie Jacquet
Team Elodie Etains
52 rue de la gare,
59181 Steenwerck
France
Tel: +33-328404213

1 rue Poumirau,
64190 Sus
France
Tel: +33-328412879

Blog: http://blog.team-elodie-etains.com/


Besoin d'un renseignement? telephonez au 03.28.40.42.13 de 9h a 19h

Le général, Officier d'escorte de l'Empereur¤

Référence: n2.edp

Taille: H: 10 cm

Alliage : 95 % Etain.

Etain massif coulé.


Finition de l'etain  Satiné.

Officier d'escorte de l'Empereur

Plus de détails


56,70 € TTC

n2.edp

Disponibilité : Disponible suivant Fabrication

Ajouter à ma liste

 
   

6 autres produits dans la même catégorie :

 

Gravure Offerte

Compléter le champ "Si vous voulez nous laisser un message à propos de votre commande, merci de l'écrire ici." qui sera sur le bon de  commande avec le texte de votre choix qui sera gravé sur une plaque adhésive accompagnant votre produit pour le personnaliser

 

Général

Le terme général désigne un rang élevé dans une organisation hiérarchisée.

 

Militaire 

Dans le domaine militaire, général est un grade pour un officier général s'inscrivant au sommet de la hiérarchie militaire, après les officiers supérieurs (commandant/major, colonel), les officiers subalternes (lieutenant, capitaine), les sous-officiers et les militaires du rang.

Le général commande une unité plus large qu'un régiment :brigade, division, corps d'armée ou armée. L'usage veut que le grade ait le nom de l'unité : général de brigade, général de division, général de corps d'armée ou général d'armée. Dans la plupart des pays, ces différents grades sont représentés par le nombres d'étoiles portées sur le képi, la casquette ou les manchettes, éventuellement le casque en campagne.

 

Belgique 

En Belgique, les quatre grades d'officiers généraux sont les suivants :

  • général de brigade : 1 étoile (abréviation : Gen Bde) ;
  • général-major : 2 étoiles (abréviation : Gen Maj) ;
  • lieutenant-général : 3 étoiles (abréviation : Lt Gen) ;
  • général : 4 étoiles (abréviation : Gen).

Les grades sont identiques dans l'armée de l'air (même si les insignes diffèrent). Dans le service médical, il n'existe que les deux premiers grades d'officiers généraux (avec des insignes différents).

 

France 

Actuellement (2009) en France, il existe cinq titres de généraux. À chaque titre correspond à un certain nombre d'étoiles. Les appellations et signes distinctifs sont1 :

  • général de brigade : 2 étoiles ;
  • général de division : 3 étoiles ;
  • général de corps d'armée : 4 étoiles ;
  • général d'armée : 5 étoiles.

Officiellement il n'existe que deux grades dans le corps des généraux, celui de « général de brigade » et celui de « général de division ». Les généraux de division accèdent au rangs supérieurs en étant « élevés au rang et appellation » de « général de corps d'armée » puis de « général d'armée », depuis un décret du 6 juin 1939 formalisant et simplifiant une circulaire du17 mars 19211,2,3.

Contrairement à certaines légendes, il n'y a jamais eu de généraux 6 étoiles1.

Maréchal de France : 7 étoiles d'argent. Le maréchalat n'est pas un grade ou un rang mais une « dignité dans l'État4 ». Autrefois conférée à un général ayant commandé en chef devant l'ennemi, cette dignité ne peut aujourd'hui être attribuée qu'à un un officier général victorieux2.

Historique

Le terme « général » date du xve siècle. Il est d'abord employé par opposition au terme « officiers particuliers » qui désigne les propriétaires d'unités5.

Brigadier : les premiers brigadiers de cavalerie ont été nommés le 8 juin 1657, onze ans avant ceux d'infanterie5. Ils ne sont pas officiers généraux, mais ont le pas sur les autres colonels des régiments qui forment brigade avec le leur1. Leur attribut particulier est une étoile (règlement du 31 mai 1776)1. Une ordonnance du 17 mai 1788 les fait disparaitre1.

Général de brigade : créés au xvie siècle ils sont appelés« maréchal de camp » sous l'Ancien Régime puis sous laRestauration et la Monarchie de Juillet. Un décret du28 février 1848 en fixe l'appellation2.

Général de division : créés en 1621, ils sont appelés« lieutenant-général » sous l'Ancien Régime, supprimé à laRévolution (le 25 février 1793) le titre est rétabli par Bonaparte, de l'an IX à l'an XII, pour désigner les commandants de corps d'armée, puis disparait de nouveau pour reparaître sous la Restauration et la Monarchie de Juillet. Le décret du 28 février 1848 établit le grade de général de division1. Jusqu'en 1921, ce grade est le plus élevé et permet d'accéder aux commandements de corps d'armée et d'armée2.

Général en chef : sous la Révolution (décret du 25 février 1793), il s'agit du grade le plus élevé d'officier général, cette appellation est supprimée par le décret du 18 février 18481. Depuis, c'est une charge en temps de guerre (on dit plutôt : commandant en chef)5.

Général de corps d'armée et général d'armée : la première mention de ce titre, qui n'est encore qu'une fonction, apparait dans la circulaire du 17 mars 1921. Le rang est créé en 19391.

Généralissime : le Premier Empire a utilisé le titre degénéralissime (voir la liste des généraux de la Révolution et du Premier Empire). Lors de la Première guerre mondiale, ce titre à été celui du général (puis maréchal) Foch nommé, le26 mars 1918, commandant en chef des armées alliées sur le front de l'Ouest.

 

 

Aucun commentaire n'a été publié pour le moment.

Seuls les utilisateurs enregistrés peuvent poster des commentaires.

Panier  

Aucun produit

Expédition 0,00 €
Total 0,00 €

Panier Commander