Catégories

Nous Suivre


facebook Twitter google+

~~~~
Nos coordonnées
~~~~

Elodie Jacquet
Team Elodie Etains
52 rue de la gare,
59181 Steenwerck
France
Tel: +33-328404213

1 rue Poumirau,
64190 Sus
France
Tel: +33-328412879

Blog: http://blog.team-elodie-etains.com/


Besoin d'un renseignement? telephonez au 03.28.40.42.13 de 9h a 19h

45033.sl Cadre Photo "Arche de Noë"¤

 Référence: 45033.sl

Taille: cm

Alliage : 95 % Etain.

Etain massif coulé.

Finissages de l’Etain Satiné  

Plus de détails


79,00 € TTC

45033.sl

Disponibilité : Disponible suivant Fabrication

Ajouter à ma liste

 
   

Les clients qui ont acheté ce produit ont également acheté...

30 autres produits dans la même catégorie :

Arche de Noé

La construction de l'arche de Noé est représentée ici par unpeintre français non identifié, vers 1675

L'arche de Noé, d'après la Bible, est un grand bateau construit sur l'ordre de Dieuafin de sauverNoé, sa famille et toutes les espèces animales d'unDéluge sur le point d'arriver. L'histoire figure dans le livre de la Genèse, du chapitre 6 au chapitre 9, correspondant à laParasha "Noah".

Selon l'hypothèse documentaire, cette partie de la Genèse se fonde sur deux sources anciennes quasiment indépendantes l'une de l'autre, et n'a atteint sa forme définitive que vers le ve siècle av. J.-C.. Ce processus de consolidation graduelle permettrait d'expliquer les confusions et les répétitions du texte. Certains littéralistes bibliques, qui rejettent cette analyse, tiennent l'histoire de l'arche pour véritable, affirmant qu'elle n'a qu'un seul et unique auteur et que toute incohérence apparente peut s'expliquer rationnellement. Les plus convaincus ont tiré de cette posture une série de déductions très variées sur la taille du bateau, son matériau de construction ou encore la date précise du Déluge.

Le récit biblique de l'arche de Noé présente des similitudes avec un mythe mésopotamien décrit dans le Poème du Supersage datant du xviie siècleav. J.-C., dans la légende de Ziusudra qui pourrait elle aussi dater de la fin du xviie siècle av. J.-C., puis repris au xiie siècle av. J.-C. au plus tard dans la version assyro-babylonienne "standard" de l'Epopée de Gilgamesh, mythequi raconte comment un Sage appelé Atra-hasis, Ziusudra ou Uta-Napishtimselon les différentes versions du mythe, fut invité par le dieu Enki/Ea à construire un navire, dans lequel il pourrait échapper au déluge envoyé par l'assemblée des grands dieux. D'autres versions, d'une ressemblance plus approximative, peuvent se retrouver dans de nombreuses cultures à travers le monde. L'histoire de l'arche a fait l'objet par les religions abrahamiquesd'interprétations abondantes, mêlant raisonnements théoriques, problèmes pratiques et considérations allégoriques : les commentateurs, ainsi, pouvaient aussi bien se poser la question de la gestion du fumier que celle de l'arche comme première incarnation d'une Église offrant le salut à l'humanité.

Dès le début du xviiie siècle, le développement de la biogéographie en tant que science naturelle réduisit progressivement le nombre de personnes prêtes à soutenir une interprétation littérale de l'aventure de Noé. Leslittéralistes bibliques, cependant, continuent à parcourir la région du mont Ararat au nord-est de la Turquie, là où la Bible 1 dit que l'arche de Noé se serait échouée à la fin de son périple.

Récit 

Cette œuvre du peintre américain Edward Hicksreprésente la montée à bord des couples d'animaux (1846)

L'histoire de l'arche de Noé, d'après les chapitres 6 à 9 dulivre de la Genèse, commence lorsque Dieu observe la méchanceté et la perversité des hommes, et décide de faire tomber unDéluge sur la terre pour y détruire toute vie, « depuis l'homme, jusqu'aux bestiaux, aux bestioles et aux oiseaux du ciel2 ». Un homme, Noé, trouve toutefois grâce aux yeux de Dieu, car il apparaît « juste, intègre parmi ses contemporains et il marchait avec Dieu3 ». Il est choisi, dans ces conditions, pour survivre et perpétuer sa lignée. Dieu, pour cette raison, dit à Noé de construire une arche et rentre dans des spécifications très précises :

« Fais-toi une arche en bois résineux, tu la feras en roseaux et tu l'enduiras de bitume en dedans et en dehors. Voici comment tu la feras : trois cents coudées pour la longueur de l'arche, cinquante coudées pour sa largeur, trente coudées pour sa hauteur. Tu feras à l'arche un toit et tu l'achèveras une coudée plus haute, tu placeras l'entrée de l'arche sur le côté et tu feras un premier, un second et un troisième étages4. »

Ces mesures correspondent à une grande barge sans mât, d'environ 137 mètres de long, 26 mètres de large et 16 mètres de haut. Dans le passage suivant, Dieu dit à Noé d'engranger des vivres dans l'embarcation, puis d'emmener avec lui sa femme, ses fils Sem, Cham et Japhet ainsi que les épouses de ces derniers, sans oublier des spécimens de toutes les espèces animales existantes :

« Entre dans l'arche, toi et toute ta famille, car je t'ai vu seul juste à mes yeux parmi cette génération. De tous les animaux purs, tu prendras sept paires, le mâle et sa femelle; des animaux qui ne sont pas purs, tu prendras un couple, le mâle et sa femelle et aussi des oiseaux du ciel, sept paires, le mâle et sa femelle, pour perpétuer la race sur toute la terre. Car encore sept jours et je ferai pleuvoir sur la terre pendant quarante jours et quarante nuits et j'effacerai de la surface du sol tous les êtres que j'ai faits5. »

Peinture d'une église luthérienne près deBamberg, en Haute-Franconie : à l'arrivée des eaux, seuls les êtres vivants réfugiés sur l'arche de Noé purent survivre, et tous les autres trouvèrent la mort. (Genèse 7:21)

Une fois l'arche terminée, Noé monta à bord avec toute sa famille et les animaux, et « ce jour-là jaillirent toutes les sources du grand abîme et les écluses du ciel s'ouvrirent6 ». La pluietomba ensuite sans discontinuer sur la terre pendant quarante jours et quarante nuits. Les eaux finirent par couvrir même les plus hautes montagnes, qu'elles dépassèrent de plus de quinze coudées. Toutes les créatures vivantes s'éteignirent, et seuls Noé et les siens purent survivre.

Finalement, au bout d'environ 220 jours de navigation, l'arche vint s'échouer sur les monts d'Ararat, et les eaux refluèrent encore quarante autres journées avant qu'apparaissent les sommets des montagnes. Noé décida alors d'envoyer en éclaireur un corbeau, « qui alla et vint en attendant que les eaux aient séché sur la terre7 ». Noé fit ensuite sortir la colombe, laquelle ne trouva aucun endroit dégagé des eaux où poser ses pattes et revint auprès de lui. La tentative fut renouvelée après sept autres jours, et cette fois la colombe revint avec « dans le bec un rameau tout frais d'olivier8 », ce qui apprit à Noé que le niveau des eaux avait enfin diminué. Il lâcha la colombe une nouvelle fois après une semaine, et l'oiseau ne revint cette fois plus du tout. Ce signal annonçait la fin de l'épreuve :

« Alors Dieu parla ainsi à Noé : « Sors de l'arche, toi et ta femme, tes fils et les femmes de tes fils avec toi. Tous les animaux qui sont avec toi, tout ce qui est chair, oiseaux, bestiaux et tout ce qui rampe sur la terre, fais-les sortir avec toi : qu'ils pullulent sur la terre, qu'ils soient féconds et multiplient sur la terre. » Noé sortit avec ses fils, sa femme et les femmes de ses fils ; et toutes les bêtes (...) sortirent de l'arche, une espèce après l'autre9. »

Noé fit ensuite de nombreux sacrifices à Dieu sur un autel qu'il édifia pour l'occasion. Satisfait de ce comportement, Dieu se résolut pour sa part à ne plus jamais maudire la terre à cause de l'homme, et à ne plus jamais détruire toute vie de cette manière. En signe de cette promesse, Dieu mit un arc-en-ciel dans les nuages et déclara que « lorsque j'assemblerai les nuées sur la terre et que l'arc apparaîtra dans la nuée, je me souviendrai de l'alliance qu'il y a entre moi et vous et tous les êtres vivants10 ».

Encadrement (art)

Trompe-l'œil de Pere Borrell del Caso(1874)
Encadrement de type architectural sur un polyptyque de 1464

L'encadrement d'une œuvre d'art (peinture ou photographie), pour la mettre en valeur, est le moyen qui consiste à l'entourer d'une bordure, qui en limite et explicite le cadrage défini par son cadre. Par métonymie, le mot cadre se substitue au terme encadrement fait par labordure (un cadre photo) et sera indifféremment employé dans le reste du texte.

 

définition 

Le mot bordure a longtemps désigné l'encadrement lui-même : on parle des bordures des xviie et xviiie siècles.

Si sa fonction semble évidente (protection, renforcement, informations diverses apposées sur son cartel dans les musées) le choix de la qualité de ses composants (dorure, métal, verre, etc.) a longtemps été le signe de la valeur qu'accordait le propriétaire à l'œuvre encadrée1.

Mais outre ces fonctions pratiques, il faut considérer l'encadrement comme le moyen de rendre évident qu'on se trouve devant une représentation et non devant le réel. L'encadrement précise le cadre, le limite et articule le passage entre le monde extérieur et l'œuvre2. La fresque elle-même peint ses bordures pour en limiter l'action.

A contrario, la technique dutrompe-l'œil cassera ce principe en se passant de cadre ou en feignant d'en accepter le principe (manteau peint sur un cadre, peint lui-même) ; lemaniérisme en usera également et le baroque avec le débordement des personnages dans ses fresques3.

 

histoire 

Au cours des périodes artistiques, les matériaux utilisés ont changé ainsi que le style de l'encadrement : d'architectutal dans les polyptyques duMoyen Âge, de type cathédrale ou tabernacle à la Renaissance, de bois ou d'écaille dans la peinture hollandaise, il s'orne de motifs héraldiques, de végétation, de frises géométriques, suite à l'invention du mastic et du plâtre moulé au xixe siècle, et en Italie ses motifs sont historiés.

Certains cadres on été exécutés par l'exécutant du tableau lui-même voulant maîtriser son œuvre complètement et certains encadrements sont reconnus comme des œuvres d'art à part entière : Des ébénistes célèbres comme André-Charles Boulle créent des cadres, certains les signent ; le cadre du portrait de Louis XV, attribué à Carle Van Loo dans la salle de comédie du château de Parentignat, est classé monument historique en 1972.

Les impressionnistes essayeront de réduire le cadre à une bordure monochrome que le peintre tentera d'imposer définitivement sur l'œuvre4.

Le cadre lourd du xviiie siècle revient à la mode chez les contemporains, mis en valeur par des peintres comme Auguste Renoir, Pierre Bonnardmais Malevitch et Mondrian exposent sans cadre. Rothko peint les bords du châssis pour en éviter l'encadrement.

 

accessoires 

Haut de cadre Louis XIV armorié
Cartel sur un tableau d'Alfred Sisley

Aucun commentaire n'a été publié pour le moment.

Seuls les utilisateurs enregistrés peuvent poster des commentaires.

Panier  

Aucun produit

Expédition 0,00 €
Total 0,00 €

Panier Commander