Catégories

Nous Suivre


facebook Twitter google+

~~~~
Nos coordonnées
~~~~

Elodie Jacquet
Team Elodie Etains
52 rue de la gare,
59181 Steenwerck
France
Tel: +33-328404213

1 rue Poumirau,
64190 Sus
France
Tel: +33-328412879

Blog: http://blog.team-elodie-etains.com/


Besoin d'un renseignement? telephonez au 03.28.40.42.13 de 9h a 19h

Louis Baraguey d'Hilliers¤

 Référence: Sg4baragueydhiliers.edp

Dimension: 13 cm

Alliage : 95 % Etain.

Etain massif coulé.


Finition de l'etain  Satiné

Plus de détails


62,90 € TTC

Sg4baragueydhiliers.edp

Disponibilité : Disponible suivant Fabrication

Ajouter à ma liste

 
   

30 autres produits dans la même catégorie :

 

Gravure Offerte

Compléter le champ "Si vous voulez nous laisser un message à propos de votre commande, merci de l'écrire ici." qui sera sur le bon de  commande avec le texte de votre choix qui sera gravé sur une plaque adhésive accompagnant votre produit pour le personnaliser

 

Louis Baraguey d'Hilliers

Louis Baraguey d'Hilliers
Louis Baraguey d'Hilliers
Naissance13 août 1764
Paris
Décès6 janvier 1813 Berlin
OrigineFrance France
Gradegénéral de brigade

Louis Baraguey d'Hilliers (Paris, 13 août 1764 - Berlin,6 janvier 1813) est un militaire français. Il est sans doute l'un des officiers de la Révolution et de l'Empire qui a été le plus arrêté, destitué, emprisonné, jugé et acquitté... jusqu'à sa dernière destitution, à la fin de l'année 1812.

Sommaire

 
  • 1 La Révolution
  • 2 L'Empire, la campagne de Russie et la disgrâce

 

La Révolution 

Louis Baraguey d'Hilliers s'engage dans l'armée en 1783comme cadet au régiment d'Alsace-Infanterie. La Révolution lui fournit l'occasion de monter rapidement en grade : en juillet 1787, il est nommé lieutenant en second ; en mars 1791, lieutenant en premier ; capitaineau 11e bataillon d'infanterie légère en janvier 1792,lieutenant-colonel à l'armée des Alpes en juillet 1792, aide de camp du général de Custine, puis du généralAlexandre François Marie de Beauharnais, et enfingénéral de brigade en avril 1793.

Arrêté et emprisonné avec son chef en juillet 1793 à la suite de l'abandon de la ville de Mayence par lesFrançais il est incarcéré à la prison du Luxembourg et ne doit son salut qu'à la chute de Robespierre.

Baraguey d'Hilliers se fait ensuite remarquer en mai 1795en faisant désarmer les activistes du faubourg Saint-Antoine. Il est de nouveau suspendu de ses fonctions et destitué en octobre 1795 pour faute grave, puis traduit en conseil de guerre et acquitté.

Il est alors envoyé à l'armée des côtes de Cherbourg, puis à celle des côtes de l'Océan. En 1796, il rejoint l'armée d'Italie et sert sous Napoléon Bonaparte, s'illustrant en particulier en poursuivant l'armée autrichienne d'Alvinzi qui bat en retraite, ainsi que lors de la prise de Venise, en mai 1797. En mars 1797, il est promu général de division et l'année suivante, il embarque pour l'Égypte. Après la prise de Malte, le 10 juin 1798, il est renvoyé en France avec les drapeaux pris à l'ennemi.

Le 27 juin 1798, son navire, la frégate La Sensible, est attaqué par la marine britannique. Baraguey d'Hilliers est blessé lors du combat et fait prisonnier. Il est ensuite emprisonné à Portsmouth, puis libéré sur parole. Rentré en France, il est destitué le 31 juillet 1798 ; il demande alors à passer en conseil de guerre et est à nouveau acquitté. En 1799, il est nommé chef d'état-major de l'armée du Rhin. En 1800, on le retrouve à Engen et àBiberach.

 

L'Empire, la campagne de Russie et la disgrâce 

En juin 1804, Baraguey d'Hilliers devient colonel-général des dragons ; au mois d'août suivant, il se bat avec panache à Elchingen avant de devenir commandant de la place d'Ingolstadt. Il occupe le Frioul et stationne en Italie orientale de 1806 à 1809, il est fait comte d'Empire.

Baraguey d'Hilliers gagne ensuite la Russie et devient gouverneur de Smolensk. Il est ensuite placé à la tête d'une division du 9e Corps d'Armée de Victor et il est très grièvement blessé au cours de la retraite de Russie, en novembre 1812, à Iéna, il est suspendu de ses fonctions en attendant le verdict de la commission d'enquête chargée de faire la lumière sur ses responsabilités dans ce cas grave échec.

En totale disgrâce, la mort dans l'âme, il prend le chemin de la France, mais meurt à Berlin, le 6 janvier 1813, d'une « fièvre inflammatoire et nerveuse » provoquée, dit-on, par le chagrin que lui ont causé sa mise en accusation et sa disgrâce.

 

 

Aucun commentaire n'a été publié pour le moment.

Seuls les utilisateurs enregistrés peuvent poster des commentaires.

Panier  

Aucun produit

Expédition 0,00 €
Total 0,00 €

Panier Commander