Catégories

Nous Suivre


facebook Twitter google+

~~~~
Nos coordonnées
~~~~

Elodie Jacquet
Team Elodie Etains
52 rue de la gare,
59181 Steenwerck
France
Tel: +33-328404213

1 rue Poumirau,
64190 Sus
France
Tel: +33-328412879

Blog: http://blog.team-elodie-etains.com/


Besoin d'un renseignement? telephonez au 03.28.40.42.13 de 9h a 19h

Comte Louis Antoine Drouot¤

Référence: Sg4drouot.edp

Né en 1774 à Nancy
Mort en 1847

dimension: 13 cm

Alliage : 95 % Etain.

Etain massif coulé.


Finition de l'etain  Satiné.

Plus de détails


62,90 € TTC

Sg4drouot.edp

Disponibilité : Disponible suivant Fabrication

Ajouter à ma liste

 
   

30 autres produits dans la même catégorie :

 

Gravure Offerte

Compléter le champ "Si vous voulez nous laisser un message à propos de votre commande, merci de l'écrire ici." qui sera sur le bon de  commande avec le texte de votre choix qui sera gravé sur une plaque adhésive accompagnant votre produit pour le personnaliser

 

Antoine Drouot

Antoine Drouot
Antoine Drouot
Surnom :Le sage de la Grande Armée
Naissance :11 janvier 1774
Nancy
Décès :24 mars 1847  73 ans)
Nancy
Origine :France France
Arme :artillerie
Grade :général de division
Autres fonctions :Pair de France

Comte Louis Antoine Drouot (né le 11 janvier 1774 à Nancy - et mort le 24 mars 1847 dans la même ville), général d'artillerie français1

Il était fils d'un boulanger. Il termina ses études au collège de Nancy en 1792, entra le 1er juin 1793 à l'École d'artillerie de Metz en qualité d'élève sous-lieutenant, et un mois après fut nommé sous-lieutenant au 1er régiment d'artillerie ; il fit toutes les campagnes de la Révolution française dans cette arme, notamment celle d'Égypte, et parvint au grade de colonel-major dans l'artillerie à pied de la garde impériale, grade qu'il occupait en 1809.

Nommé en 1808 major de l'artillerie de la garde impériale, il fut nommé général de brigade et aide-de-camp de l'Empereur2, le 26 janvier 1813. Il assista aux grandes batailles de l'Empire, et contribua puissamment à différentes batailles, surtout à Wagram, à laMoskowa, à Lützen, où il commandait la fameuse artillerie légère de la garde, à Bautzen. Il fut fait après cette dernière affaire général de division

Il battit l'ennemi à Wachau la veille de la Bataille de Leipzig (16 octobre 1813), sauva les débris de l'armée devant Hanau en lui frayant un passage (30 octobre), défendit pied à pied le territoire français en 1814, fit des prodiges à Nangis, où il franchit le défilé deVauclor sous le feu de 60 pièces d'artillerie.

Il suivit à l'île d'Elbe Napoléon Ier, qui le nomma gouverneur de l'île, l'accompagna à son retour en France en 1815, bien qu'il désapprouvât l'entreprise.

Il fit à la bataille de Waterloo des efforts incroyables, se retira après le désastre au delà de la Loire à la tête de la garde impériale, sut contenir cette troupe qu'on craignait encore et aida à la licencier.

Il ne s'en vit pas moins proscrit par Louis XVIII, et traduit devant un conseil de guerre, mais il fut acquitté. Il a été compris ensuite dans l'ordonnance du 24 juillet 1815 et acquitté 3

Statue du général Drouot à Nancy
Statue du général Drouot au Louvre

Drouot a refusé tout service et tout traitement, et il est rentré dans la vie privée. Retiré dans sa ville natale, il refusa constamment d'accepter aucune fonction publique. Son refus a été dicté par la crainte de se voir rappelé à l'activité et de se trouver, dans la prospérité, dans les honneurs, lorsque Napoléon gémissait sur un rocher de l'Atlantique. En 1824 il accepta une pension de retraite qui lui fut offerte par le gouvernement en récompense de ses services.

Le 19 novembre 1831, il fut créé pair de France dans la fournée de trente-six pairs viagers destinée à permettre l'adoption à la Chambre haute du projet de loi abolissant l'hérédité de la pairie. En 1833, le duc d'Orléans (Louis-Philippe Ier) lui avait offert la place de gouverneur des princes ses fils. Drouot avait cru devoir refuser.

Il avait commencé à écrire les mémoires de son temps, mais les infirmités, une cécitécomplète, interrompirent son travail. Ce général est mort à Nancy, le 24 mars 1847. Il est enterré au cimetière de Préville à Nancy.

Il avait été nommé légionnaire le 5 août 1804, officier de la Légion à Wagram, commandeur à la Moskowa, grand officier le 23 mars 1814; grand-croix le 18 octobre 1830; baron de l'Empirele 14 mars 1810; comte de l'Empire le 24 octobre 1813; pair de France par décret impérial le 2 juin 1815.

Il était général de division depuis le 3 septembre 1813.

D'une grande piété, Drouot pratiqua, même au milieu des camps, les devoirs de la religion4.

Jules Nollet a donné sa Biographie (1850). Le Père Henri Lacordaire a prononcé son Éloge funèbre. Nancy lui a élevé une statue; àParis une rue, celle de La Grange-Batelière, et une station de métro ont reçu son nom.

Un timbre postal, d'une valeur de 0,30 + 0,10 franc et représentant Drouot, a été émis le 22 mai 1961 avec une oblitération Premier jour le 20 mai à Nancy.

 

 

Aucun commentaire n'a été publié pour le moment.

Seuls les utilisateurs enregistrés peuvent poster des commentaires.

Panier  

Aucun produit

Expédition 0,00 €
Total 0,00 €

Panier Commander