Catégories

Nous Suivre


facebook Twitter google+

~~~~
Nos coordonnées
~~~~

Elodie Jacquet
Team Elodie Etains
52 rue de la gare,
59181 Steenwerck
France
Tel: +33-328404213

1 rue Poumirau,
64190 Sus
France
Tel: +33-328412879

Blog: http://blog.team-elodie-etains.com/


Besoin d'un renseignement? telephonez au 03.28.40.42.13 de 9h a 19h

Dominique-Jean Larrey¤

Référence: Sg3larrey.edp

Chirurgien en Chef de la Grande Armée

Né en 1766 à Baudéan

Napoléon à Sainte-Héléne dira de lui: "C'est l'homme le plus vertueux,

le plus grand que j'ai connu".

Dimension: 13 cm

Alliage : 95 % Etain.

Etain massif coulé.


Finition de l'etain  Satiné.

Plus de détails


62,90 € TTC

Sg3larrey.edp

Disponibilité : Disponible suivant Fabrication

Ajouter à ma liste

 
   

30 autres produits dans la même catégorie :

 

Gravure Offerte

Compléter le champ "Si vous voulez nous laisser un message à propos de votre commande, merci de l'écrire ici." qui sera sur le bon de  commande avec le texte de votre choix qui sera gravé sur une plaque adhésive accompagnant votre produit pour le personnaliser

 

Dominique-Jean Larrey

 

Dominique-Jean Larrey
Portrait de Dominique-Jean Larrey par Girodet (1868-1932)
Portrait de Dominique-Jean Larrey par Girodet (1868-1932)

Naissance7 juillet 1766
Beaudéan, Hautes-Pyrénées
Décès25 juillet 1842 (à 76 ans)
Lyon
NationalitéFrance France
Profession(s)Médecin

Dominique-Jean Larrey (7 juillet 1766, Beaudéan, Hautes-Pyrénées – 25 juillet 1842, Lyon) est un médecin militaire français, père de la médecine d'urgence. Chirurgien en chef de la Grande Armée, Dominique Larrey suivit Napoléon Bonaparte dans toutes ses campagnes. Il fut un précurseur en matière de secours aux blessés sur les champs de bataille, pratiquant les soins sur le terrain le plus tôt possible, grâce à des ambulances chirurgicales mobiles.

Sommaire

  • 1 Biographie
    • 1.1 Origine
    • 1.2 Carrière militaire
    • 1.3 Médecin du Premier Empire

 

Biographie 

 

Origine 

Né de parents bourgeois dans le petit village de Beaudéan dans les Pyrénées, Larrey fut orphelin à 13 ans. Sa maison natale existe toujours dans la rue principale du village, et est devenue un musée. Il est élevé par son oncle Alexis, chirurgien en chef de l'hôpital deToulouse et fondateur du premier hôpital militaire de cette ville, qui porte son nom1. Après 6 années d'apprentissage, il vient à Paris étudier la médecine auprès de Pierre Joseph Desault, chirurgien en chef à l'Hôtel-Dieu. En 1794, il épouse Marie-Élisabeth Laville-Leroux, peintre.

 

Carrière militaire 

Larrey commence sa carrière en 1787 comme chirurgien de la marine royale sur la frégate la Vigilante en mer d'Irlande. Second chirurgien interne aux Invalides, il devint le disciple et l'ami du célèbre Sabatier[précision nécessaire].

En 1792, Il est chirurgien aide-major à l'armée du Rhin, première étape d'une carrière qui le conduisit sur tous les champs de bataille d'Europe, de l'Espagne à la Russie, et même dans les déserts d'Égypte et de Syrie. Chirurgien de première classe, en 1792, dans l'armée du maréchal Luckner, il crée des ambulances volantes, à la tête desquelles il courait enlever les blessés sous le feu des batteries ennemies. Il est ensuite chirurgien principal à l'armée de Custine, puis chirurgien en chef de la 14e armée républicaine en 1794. Il organise l’École de chirurgie et d'anatomie de Toulon, professeur à l'École militaire de santé du Val-de-Grâce, en 1796. Il est chargé de l'inspection des camps et des hôpitaux de l'armée d'Italie (1796), puis nommé chirurgien en chef à l'armée d'Egypte2.

À la bataille d'Aboukir, il sauve le général Fugière, sous le canon de l'ennemi, d'une blessure à l'épaule.3 Au siège d'Alexandrie, Larrey trouva le moyen de faire de la chair de cheval une nourriture saine pour les blessés, et fit tuer pour cet usage ses propres chevaux.

En 1802, il est chirurgien en chef de la Garde des consuls. Inspecteur général du service de santé des armées, en 1805, et chirurgien en chef de la Garde impériale. En 1804, Larrey reçoit une des premières croix d'officier de la Légion d'honneur de la main du premier Consul, qui lui dit : C'est une récompense bien méritée.

Il est nommé baron d'Empire en 1809, sur le champ de la bataille de Wagram, et inspecteur général du service de santé militaire en 18104. Il fait toutes les campagnes du Premier Empireen qualité de chirurgien en chef de la Garde impériale5. En 1813, il prend la défense des conscrits blessés à la main et accusés de se mutiler volontairement, ce qui lui valut une haine farouche de Soult.6

Blessé à la bataille de Waterloo7, prisonnier des Prussiens, il fut sur le point d'être fusillé à cause de sa ressemblance avec Napoléon8, mais fut relâché sur ordre de Blücher, dont il avait soigné le fils. La Restauration le tint à l'écart mais il fut rappelé par la Monarchie de Juillet.

Tombe de Larrey au cimetière du Père-Lachaise, portant l'épitaphe A Larrey, l'homme le plus vertueux que j'aie connu, extrait du testament de Napoléon
Statue de Larrey dans la cour de l'Église du Val-de-Grâce

Dans ses dernières années membre du Conseil de santé des armées, il sollicite en 1842 une inspection médicale en Algérie. Il tombe malade en Afrique, maladie à laquelle, huit jours plus tard, il succombe à Lyon le 25 juillet 1842. Son corps, transporté à Paris, fut inhumé le 6 août au cimetière du Père-Lachaise (37e division).

Plusieurs discours ont été prononcés sur sa tombe. M. Breschet, membre de l'Académie des sciences[précision nécessaire], a énuméré ses travaux scientifiques en chirurgie, en médecine, en hygiène publique.9

 

Médecin du Premier Empire 

Il reste la figure médicale la plus célèbre du Premier Empire. À la bataille de la Sierra Negra, il ampute en une journée pas moins de 700 blessés.[réf. nécessaire] Il était d'ailleurs considéré comme un bon chirurgien, à une époque où l'anesthésie n'existait pas, car il était capable d'amputer un membre en moins d'une minute. L'amputation était à l'époque la seule asepsie efficace, en l'absence d'antibiotiques, découverts bien plus tard.

Larrey serait à l'origine de la mise en place au sein des armées françaises du système des « ambulances volantes » dans lesquelles il embarquait indifféremment amis et ennemis, afin de les soigner sans faire de distinction ni de nationalité, ni de grade, ce qui lui valut l'estime des officiers et généraux des armées ennemies10.

Larrey est aussi connu dans le domaine de l'Asticothérapie qu'il a utilisée lors de la campagne égyptienne en Syrie. Cette technique datant de l'antiquité consiste à déposer sur des plaies infectées une certaine espèce d'asticot qui se nourrit des chairs infectées, les assainissant ainsi.

Il acquiert en 1830 une propriété à Bièvres, qu'il transmit à son fils Hippolythe (1808-1895), chirurgien de Napoléon III. Il laissa des mémoires d'un très grand intérêt, rarissimes en édition originale et devenus rares en réédition.

Le Val-de-Grâce a fait élever à Larrey une statue dont l'inauguration a eu lieu en août 1850.

Le 15 décembre 1992, ses restes furent transférés de sa tombe du cimetière du Père-Lachaise à Paris à la dernière place disponible de la chapelle funéraire des Invalides à Paris, et une petite urne contenant un morceau d'intestin déposée dans une vitrine de la salle de la bibliothèque de l'Académie Nationale de Médecine.

Certains de ses descendants conservent dans une propriété familiale poitevine - non ouverte au public - du matériel chirurgical lui ayant appartenu.

 

 

Panier  

Aucun produit

Expédition 0,00 €
Total 0,00 €

Panier Commander