Catégories

Nous Suivre


facebook Twitter google+

~~~~
Nos coordonnées
~~~~

Elodie Jacquet
Team Elodie Etains
52 rue de la gare,
59181 Steenwerck
France
Tel: +33-328404213

1 rue Poumirau,
64190 Sus
France
Tel: +33-328412879

Blog: http://blog.team-elodie-etains.com/


Besoin d'un renseignement? telephonez au 03.28.40.42.13 de 9h a 19h

Charles Antoine Louis Alexis Morand¤

Référence: Sg9morand.edp

Mort le 2 septembre 1835 à Paris

Dimension: 13 cm

Alliage : 95 % Etain.

Etain massif coulé.


Finition de l'etain  Satiné.

Plus de détails


62,90 € TTC

Sg9morand.edp

Disponibilité : Disponible suivant Fabrication

Ajouter à ma liste

 
   

30 autres produits dans la même catégorie :

 

Gravure Offerte

Compléter le champ "Si vous voulez nous laisser un message à propos de votre commande, merci de l'écrire ici." qui sera sur le bon de  commande avec le texte de votre choix qui sera gravé sur une plaque adhésive accompagnant votre produit pour le personnaliser

 

Charles Antoine Morand

Charles Antoine Louis Alexis Morand
Charles Antoine Louis Alexis Morand
Naissance4 juin 1771
Largillat-Montbenoît
Décès2 septembre 1835  64 ans)
Paris
OrigineFrance France
Gradegénéral de division
Autres fonctionsPair de France

Charles Antoine Louis Alexis Morand était un général de division français et lieutenant-général, comte, Pair de France, aide-de-camp de Napoléon Ier, colonel général des chasseurs à pied de la Garde impériale, commandeur de la Couronne de fer et de l'Ordre de Saint-Henri de Saxe ; né le 4 juin 1771 à Largillat-Montbenoît et mort le 2 septembre 1835 à Paris.

Ce général a été de toutes les campagnes de l'Empire.

Il était entré tout jeune dans la carrière du barreau : À peine diplômé en droit (1791), il s'enrôle dans le 2e bataillon du district dePontarlier. Capitaine en août 1792, puis lieutenant-colonel de son bataillon en septembre, il se distingue dans l’armée du Rhin, puis à l’armée du Nord.

Il fut nommé commandant du 7e bataillon des volontaires du Doubs. Il prit une part glorieuse au siège du Quesnoy, au blocus de Maubeuge, au combat de Wattignies, à la bataille d'Hondschoote. Incorporé avec son bataillon dans la 88e demi-brigade, Morand fit les campagnes de l'an III et de l'an IV aux armées du Rhin et de Sambre-et-Meuse, et ensuite en Italie et en Orient.

Blessé en 1794, il retourne un temps à la vie civile. Il est envoyé en Italie (1797-1798), puis participe à la campagne d'Égypte avec la division Desaix. Il est présent aux Pyramides (21 juillet 1798) et est nommé chef de brigade provisoire sur le champ de bataille parNapoléon Bonaparte.

Le 21 fructidor an VII, il fut nommé adjudant-général et investi par Kléber du commandement de la province de Djerjeh. Le 18 fructidor an VIII, il reçut le grade de général de brigade. À son retour en France, il commanda le département du Morbihan, et reçut en l'an XI le commandement d'une brigade d'infanterie à l'armée des côtes de l'Océan. Lors de la campagne de 1805, il se bat à Austerlitz, la brigade Morand faisait partie du corps d'armée du maréchal Soult et participe à l'assaut du Pratzen.

Lors de la campagne de 1806, il commande la 1re division du corps de Davout. Il participe à Auerstaedt (14 octobre 1806), à Golyminet à Eylau (8 février 1807). Il reste sous le commandement de Davout pour la campagne de 1809 et participe aux batailles d'Abensberg, d'Eckmühl, de Ratisbonne, et de Wagram (5 et 6 juillet 1809).

Rue du Général Morand à Besançon

Il est nommé gouverneur de Hambourg le 13 juillet 1810 et le demeure jusqu'au3 mars 1812. Il participe à la campagne de Russie et se bat à Smolensk et à la Moskova. Il y est blessé à la mâchoire. Lors du passage de la Bérézina, il fait passer les débris de sa division avec la musique en tête. Adjoint de Bertrand à la 1re division du IVe corps pour la campagne d'Allemagne (1813), il participe aux batailles de Lützen et de Bautzen. Sa conduite àDennewitz permet d'éviter l'écrasement du corps de Ney.

Il est de nouveau à Wartenbourg, à Lindenau et à Leipzig. Son rôle est important lors de la bataille de Hanau (30-31 octobre 1813). Nommé gouverneur de Mayence, il défend la forteresse Mayence et ne la remet que le 4 mai 1814. Rallié aux Cent-Jours, il est faitpair de France ; il commande un élément de la Vieille Garde à Waterloo (18 juin 1815) et reprend le village de Plancenoit.

Condamné à mort par contumace, il s'exile en Pologne, patrie de sa femme où toute sa famille le suivit. En 1816, le 20 août, il fut condamné à mort, par contumace, par un conseil de guerre, réuni à La Rochelle ; mais il arriva à l'improviste à Strasbourg, se constitua prisonnier, parut devant le conseil de guerre et fut glorieusement acquitté. Acquitté, il est réintégré dans l'armée avec le même grade.

Il resta dans la retraite jusqu'au mois d'août 1830. Il reçut alors le grand cordon de la Légion-d'Honneur qui lui avait été accordé en 1815 par l'Empereur et le commandement de la division militaire de Besançon. Nommé Pair de France une deuxième fois le 11 octobre 1832, il meurt à Paris le 2 septembre 1835.

 

 

Panier  

Aucun produit

Expédition 0,00 €
Total 0,00 €

Panier Commander