Catégories

Nous Suivre


facebook Twitter google+

~~~~
Nos coordonnées
~~~~

Elodie Jacquet
Team Elodie Etains
52 rue de la gare,
59181 Steenwerck
France
Tel: +33-328404213

1 rue Poumirau,
64190 Sus
France
Tel: +33-328412879

Blog: http://blog.team-elodie-etains.com/


Besoin d'un renseignement? telephonez au 03.28.40.42.13 de 9h a 19h

Jacob-François Marola, dit MARULAZ (1769-1842)¤

Référence: GLMAROLA.edp

 

Alliage : 95 % Etain.

Etain massif coulé main.

Plus de détails


62,90 € TTC

GLMAROLA.edp

Disponibilité : Disponible selon Fabrication

Ajouter à ma liste

 
   

30 autres produits dans la même catégorie :

Gravure Offerte

Compléter le champ "Si vous voulez nous laisser un message à propos de votre commande, merci de l'écrire ici." qui sera sur le bon de  commande avec le texte de votre choix qui sera gravé sur une plaque adhésive accompagnant votre produit pour le personnaliser


Jacob-François Marola, dit MARULAZ (1769-1842) Baron de l'Empire, Lieutenant-Général

Jacob commence sa carrière le 16 septembre 1778 comme enfant de troupe dans le régiment de son père, Esterhazy Hussards (qui deviendra le 3ème Hussards).  Le 1er novembre 1784, il s'engage dans ce régiment. 

Le 1er janvier 1791, Marulaz est nommé brigadier-fourrier ; il devient maréchal des logis le 23 juin de l'année suivante et assiste à la "bataille" de Valmy.  En octobre 1792, il passe lieutenant au corps d’Éclaireurs, qui deviendra plus tard le 8 ème Hussards, dont le nom est indissociablement lié pour l'histoire à celui de Marulaz.  Il est nommé capitaine le 1er mars 1793. 

En 1793-1794, il combat en Vendée, puis passe à l'armée du Nord en 1794-1795, sous le commandement du général Pichegru et de Vandamme.  

Le général  Bourrier déclare à son sujet : « Il a toutes les qualités qui distinguent un bon chef . Son patriotisme est égal à sa bravoure. » 
Commandant de la Légion d'Honneur en 1804, général de Brigade le 1er février 1805.
Le 6 juillet à Wagram, Marulaz veut venger la mort de son ami Lasalle. Cependant, Marulaz est lui-même renversé et son cheval tué sous lui.  C’est son 26ème cheval depuis le début de sa carrière et ce sera aussi le dernier.  Gravement blessé d’un coup de feu à la jambe, son tibia est atteint.  On le remet sur un autre cheval, mais sa blessure ne lui permet pas de tenir. 
Lors des Cent-Jours, il accomplit la même tâche avec le même zèle. Il est admis à la retraite le 6 décembre 1815.  Deux ans plus tard, il a enfin la joie d'être reconnu par le pays pour lequel il a tant donné son sang et il est naturalisé français. 
Il s'installe définitivement à Filain, dont il devient maire, ce qu'il restera jusqu'en 1831. 
Il meurt d'une attaque d'apoplexie au château de Filain (Haute-Saône) le 10 juin 1842, à l'âge -plus que respectable pour un hussard- de 72 ans.

Panier  

Aucun produit

Expédition 0,00 €
Total 0,00 €

Panier Commander