Catégories

Nous Suivre


facebook Twitter google+

~~~~
Nos coordonnées
~~~~

Elodie Jacquet
Team Elodie Etains
52 rue de la gare,
59181 Steenwerck
France
Tel: +33-328404213

1 rue Poumirau,
64190 Sus
France
Tel: +33-328412879

Blog: http://blog.team-elodie-etains.com/


Besoin d'un renseignement? telephonez au 03.28.40.42.13 de 9h a 19h

Louis-Marie-Stanislas Fréron¤

 Référence: T9.edp

Taille: 12cm

Alliage : 95 % Etain.

Etain massif coulé.


Finition de l'etain  Satiné.

Plus de détails


67,00 € TTC

T9.edp

Disponibilité : Disponible suivant Fabrication

Ajouter à ma liste

 
   

17 autres produits dans la même catégorie :

 

Gravure Offerte

Compléter le champ "Si vous voulez nous laisser un message à propos de votre commande, merci de l'écrire ici." qui sera sur le bon de  commande avec le texte de votre choix qui sera gravé sur une plaque adhésive accompagnant votre produit pour le personnaliser

 

Louis Fréron

Stanislas Fréron

Nom de naissanceLouis-Marie-Stanislas Fréron
Naissance17 août 1754
Paris
Décès15 juillet 1802 (à 47 ans)
Les Cayes
NationalitéFrance France
Profession(s)publiciste

Louis-Marie-Stanislas Fréron, né àParis le 17 août 1754 et mort auxCayes, Saint-Domingue, le15 juillet 1802, est un publiciste français.

Sommaire

 
  •  Biographie

 

Biographie 

Fils d'Élie Fréron, le propriétaire de L'Année littéraire (qui fut la cible d'épigrammes de Voltaire), neveu de l'abbé Royou, camarade de Camille Desmoulins (avec lequel il fréquentait le Palais-Royal) et de Maximilien Robespierre au collège Louis-le-Grand, il jouissait d'une fortune considérable au début de la Révolution. Il occupa un temps la direction de la feuille paternelle.

En 1790, il fonde l'Orateur du Peuple, organe de diffusion de nombreux articles de Jean-Paul Marat, et d'attaques injurieuses contre Marie-Antoinette. Le 4 juillet de la même année, il rejoint Desmoulins à la rédaction des Révolutions de France et de Brabant.

L'un des auteurs de la pétition des Cordeliers déposée auChamp-de-Mars, il est arrêté le 20 juillet, trois jours après lemassacre des pétitionnaires par les hommes de La Fayetteet de Bailly.

Le 10 août 1792, il participe à l'attaque des Tuileries. Dans des articles vengeurs, il appelle la population à des exécutions sommaires de prisonniers, jouant ainsi un rôle dans les massacres de septembre. Élu à la Convention, il part en mission « pacificatrice » dans le Midi. C'est là qu'il acquiert le titre de « Missionnaire de la Terreur ».

Ennemi de Robespierre, qui suivait avec dégoût ses agissements sanglants et l'avait fait rappeler en mai 1794, il complote contre lui et prend part au 9 thermidor.

Exclu du club des Jacobins le 3 septembre 1794 avecTallien et Lecointre, à la demande de Carrier, il fait reparaître, à partir du 11 septembre, l'Orateur du Peuple, dont il fait l'organe de la propagande réactionnaire et où il fait preuve d'un antijacobinisme virulent. Par ailleurs, en pleine réaction thermidorienne, il organise, avec Tallien, des bandes de muscadins, qui se heurtent aux Jacobins, notamment le 19 septembre 1794, au Palais-Égalité (le Palais-Royal). Par ailleurs, en pleine Terreur blanche, il dirige en juillet 1795, avec Garat, Pitou, Victor Amédée de La Fage, marquis de Saint-Huruge (1750-1810), Elleviou etLanglois, des bandes de 2 000 à 3 000 jeunes « [collets noirs] » - suspects sortis de prisons, insoumis, journalistes, artistes, clercs, courtiers, petits commerçants - (vêtus d'un habit étriqué « couleur de crottin » au col de velours noir, les basques taillées en queue de morue et la culotte serrée sous le genou), dénommées « Jeunesse Dorée de Fréron », qui rossent les « passants ayant mauvaise figure », en réalité les Jacobins. Toutefois, les excès de ces groupes royalistes, qui attaquent tous les républicains, finissent par inquiéter.

Envoyé en mission dans le Midi de la France, en compagnie d'Alexandre Méchin, en octobre 1795 pour arrêter les massacreurs royalistes (107 militants révolutionnaires massacrés par les Compagnies du Soleil à la prison du fort Saint-Jean, à Marseille, le 5 juin, 30 à Aix-en-Provence le 11 mai, etc.), il destitue le 6 novembre la municipalité de Marseille et épure les autorités départementales. Finalement, il est rappelé par le Directoire, qui à présent le soupçonne de trop favoriser les Jacobins locaux, le 27 janvier 1796.

Après le coup d'État du 18 brumaire, il devient l'amant dePauline Bonaparte. Ruiné, il espère s'en servir auprès duPremier consul, mais il n'obtient qu'un poste d'administrateur des hospices, dont il est bientôt révoqué. Pour se débarrasser de lui, Pauline, le fait nommer sous-préfet à Saint-Domingue, où il meurt de la fièvre jaune deux mois après son arrivée.

 

Panier  

Aucun produit

Expédition 0,00 €
Total 0,00 €

Panier Commander